Garder une trace de notre vie au quotidien #MercrediJourDesEnfants

Régulièrement, je me plonge dans les albums photos de mon enfance. J’adore retrouver les photos de classe, les clichés posés, les photos volées, les cadrages ratés mais tellement révélateurs de ces petits moments de bonheur du quotidien.

J’ai continué à faire des albums photos depuis que je suis celle qui prend les photos. Je suis longtemps restée attachée au format album avec photos collées. Puis lorsque le grand Lion et moi nous sommes mariés, j’ai fait notre album photo « classique » et aussi pour la première fois des albums photos en ligne sur Photobox. Et j’avoue que le résultat m’a surprise par sa qualité (et donc je continue de les faire chez eux).

C’est ainsi que petit à petit j’ai délaissé le format traditionnel pour le format créé en ligne. À la naissance des mousticks, j’ai continué. Mais quand ils étaient petits, j’étais beaucoup plus régulière dans la création de ces albums. Je viens de laisser passer trois ans avant de faire le suivant. La nouveauté, cette fois-ci, est que, très en retard, mes crédits expirant, j’ai choisi de faire appel à leur système de création automatique. J’ai modifié quelques pages, en particulier la page de garde, et j’ai commandé ces deux albums de 120 pages avec entre 500 et 600 photos.

Cinq jours après, nous avons reçu les albums et nous plongé dans les trois dernières années des mousticks. Le résultat est bluffant : les photos sont dans des dispositions cohérentes, dans l’ordre chronologique. Je ne suis pas certaine que j’aurais fait aussi bien (ou alors au prix de nombreuses heures de travail et d’énervement). Je n’hésiterai pas à refaire appel à ce module de création automatique.

Pour les tarifs, cela a un prix non négligeable, si l’on ne profite pas d’un bon plan. De mon côté, je profite toujours de leurs soldes ou de vente privée sur Veepee pour acheter des crédits (qui ont un délai d’expiration et qui m’obligent donc à m’y mettre). Pour exemple, j’ai payé 86€ mes crédits pour mes deux livres photo A4 de 120 pages alors que si je l’avais payé sans aucune offre, cela m’aurait coûté 260€ à peu près.

Publié dans #MercrediJourDesEnfants | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Rentrée ? mais qui a parlé de rentrée ??? #MercrediJourDesEnfants

Cinq jours avant la reprise du chemin de l’école ? Comment est-ce possible ? C’était hier que nous disions au revoir au CE2 et à la 6ème. Ces deux mois d’été ont filé à une allure dingue, non pas que tout a été idyllique (on ne compte plus le nombre de fois où j’ai menacé, et puni aussi, les mousticks), mais je n’arrive pas à savoir comment on est passé du 6 juillet au 28 août comme cela.

La rentrée s’annonce donc très prochainement et pour être honnête, nous n’avons encore rien préparé. Je n’ai pas acheté une fourniture, ni un cartable. Pour les fournitures, j’ai toujours quelques cahiers (24X32, papier seyès, 96p. évidemment), des feuilles simples et des copies doubles d’avance et les trousses m’ont l’air à peu près complètes (aucune plainte n’est à déplorer de la part des mousticks).

Pour les cartables, les mousticks ont des sacs à dos Poids plume qui resserviront cette année encore. Sobres, ayant parfaitement survécu à l’année dernière, ils reprennent du service sans question aucune.

Le fond du sac est nickel, le reste est à l’avenant. Pour la propreté, en revanche, je ne me pose plus de question.

J’aime définitivement beaucoup cette marque qui, comme je le disais en 2018, en 2017 et en 2016, propose des produits qui correspondent à mes attentes : solides, légers, confortables, avec des éléments qui favorisent la visibilité des enfants, sobres mais néanmoins actuels.

Le prix est non négligeable : entre 50€ et 70€ en fonction de la taille du cartable, mais dans notre cas, c’est un investissement complètement rentabilisé (le premier cartable Poids plume va faire sa quatrième rentrée en excellent état). De plus, tout cela me permet d’affronter sereinement cette rentrée qui s’annonce !

Publié dans #MercrediJourDesEnfants, Le quotidien du zoo | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Ces 5 signes que mon fils est en sixième

Avec la rentrée en sixième du moustizèbre sont arrivés plein de petits (ou grands) changements. Mais il y en a de très caractéristiques :

Les clefs

Pour l’instant, il ne les a perdues qu’une seule fois et il a remis la main dessus après que Maman ait appelé le collège pour savoir s’ils n’en avaient pas trouvé (on notera que Maman sert encore à quelques trucs… mais c’est très anecdotique). Ces clefs sont le symbole de son autonomie : ses horaires sont ceux d’un collégien classique, c’est-à-dire variables. Il quitte la maison généralement avant nous, mais pas toujours et revient souvent avant son frère et wondernounou et nous ne sommes pas là pour vérifier s’il est rentré directement ou s’il a pris cinq minutes pour papoter (et tant mieux).

Les yeux au ciel

C’est officiel : à ces yeux, le grand Lion et moi sommes deux vieux croutons et nous ne comprenons rien à la vie… Pour l’instant, cela reste drôle et même si cela le gonfle, il nous écoute. Mais je sens venir le moment « Cause toujours, tu m’intéresses… ». Je ne dis pas que cela n’arrivait pas avant, mais son autonomie renforce ses avis et ses points de vue (et tant mieux).

Le sac à dos ultra lourd

Le moustizèbre est externe et à la pesée de son sac à dos (qui ne transporte que la moitié des affaires d’un demi-pensionnaire), je suis effarée. Il y a un phénomène Sixième : le moustizèbre amène ses affaires dans une matière même s’il a un contrôle. Mais pas seulement ! Je comprends parfaitement l’aspect pratique du cahier 24X32 quand il s’agit de coller des documents, mais quand, dans la même matière, il doit en transporter deux, le sac est très lourd. Dans ces moments-là, je ne regrette vraiment pas notre choix de sac à dos Poids plume très léger et très confortable (beaucoup plus qu’un sac eastpak pour ne pas les nommer).

La calculatrice

Finie la calculatrice quatre opérations… La sixième est l’entrée dans le monde de la calculette scientifique et dans le collège du moustizèbre, on nous demande la Casio fx-92+. Cosinus, sinus, tangente, logarithme, exponentielle, arccosinus, arcsinus, arctangente sont à portée de doigts. Si vous ne comprenez pas ce dont je parle, rien de très grave. Mais il faut savoir que cette calculatrice présente l’ensemble des fonctions mathématiques que l’on calculera numériquement jusqu’au supérieur (croyez-moi sur parole). De plus elle offre un nouveau mode programmation dans un langage proche de scratch, ce qui est totalement cohérent avec le programme de maths. 16€ très bien investi !

Le téléphone

Au zoo, pas de téléphone pour le moustizèbre. Nous jugeons, le grand Lion et moi, qu’il n’en a pas l’utilité. Au quotidien, il peut nous demander un appareil photo pour faire des photos, il a accès au téléphone de la maison pour appeler ses potes et pour jouer, nous avons une switch à laquelle il a accès le week-end (et de manière très contrôlée). Néanmoins, cela ne l’empêche de nous rappeler régulièrement qu’il n’en a pas et que cela lui serait utile dans certaines circonstances. J’avoue que, de manière très ponctuelle, ce serait pratique. Par exemple, il part en vacances en Islande sans nous et cela lui permettrait de faire des photos, de nous envoyer quelques nouvelles et surtout d’être joignable s’il se perd (ce qui lui est déjà arrivé). Je me suis donc penchée sur la question et si je devais craquer, je prendrais en téléphone de prêt soit un Nokia 3310 (on le trouvait bien génial quand il est sorti) qui permet toutes les fonctions de base soit le nouveau Nokia 1 plus, un smartphone avec un Android un peu bridé et à un tarif correct (99€). Nous avons une semaine pour trancher, affaire à suivre !

Publié dans Le moustizèbre, Le quotidien du zoo | Marqué avec , , , | 6 commentaires

Wecasa, la solution pour se faire chouchouter à la maison #MardiBeauté

Je ne sais pas vous, mais au zoo, trouver le moment pour emmener les garçons chez le coiffeur relève du défi. Il faut réussir à faire coïncider les agendas de ministre des mousticks, celui du grand Lion et accessoirement le mien. Une fois le moment trouvé, il faut obtenir un rendez-vous à ce moment-là. La dernière fois, c’est ma mère – donc la grand-mère du moustizèbre – qui s’est chargé d’emmener le dit moustizèbre se faire couper les cheveux (en ayant prévu la chose un mois avant…).

Alors quand j’ai été contactée pour tester les services de Wecasa, qui propose entre autres les prestations de coiffeur à domicile, je me suis dit pourquoi pas… J’avoue tout de même que j’avais quelques réticences à confier les têtes de mes hommes à un coiffeur ou une coiffeuse que je n’avais jamais rencontré. Néanmoins, comme ce n’était pas ma tête (eh oui, je suis honnête), nous avons tenté l’aventure.

J’aime quand on me chouchoute !

La prise de rendez-vous se passe sur le site et est d’une simplicité extrême. J’ai choisi la prestation, le jour et l’heure (ainsi qu’un second créneau au cas où aucun professionnel ne soit disponible) et j’ai payé. Comme c’était ma première fois, je ne pouvais pas choisir le ou la coiffeur.se. J’ai reçu par mail et par SMS une confirmation de rendez-vous ainsi que le nom de notre coiffeur.

Le jour J, Heng – aux doigts de fée – est arrivé avec une dizaine de minutes d’avance. Il a installé son matériel, en particulier la protection du sol.

Puis comme dans un salon, il a discuté avec le grand Lion et le ouistiti sur leurs envies, leurs habitudes et s’est mis au travail. La seule différence : ils étaient tous les deux en pyjama.

Trente minutes après, ils étaient parfaitement coiffés, beaux comme des dieux (mais cela j’ai l’habitude) et ravis de cette expérience. Mon salon était complètement clean, exempt de cheveux qui volent et mes hommes ont pu aller se doucher dans la foulée. Très clairement, il n’est plus question de salon de coiffure. Deux mois après, nous avons repris rendez-vous sur Wecasa (du jeudi pour le samedi, parfait pour ma capacité d’anticipation). Nous avons demandé à ce que Heng revienne (on prend nos petites habitudes) et tout s’est déroulé de même. Un essai complètement transformé !

Au niveau tarif, c’est un peu plus cher qu’en salon mais c’est tellement plus confortable. De plus, dès qu’il y a deux personnes à coiffer, un rabais de 10% est automatique et dans ce cas, je retombe sur le tarif (un peu moins de 36€ pour les deux mousticks) que nous payons en salon. Pour info, les prestations peuvent avoir lieu le dimanche ou très tôt ou très tard et le prix est majoré de 10€. Plus cher mais très pratique dans certains cas.

La prochaine fois, je me laisse tenter par une manucure maison mais en faisant cela en groupe, histoire de profiter d’un moment copines !

Publié dans Je me fais belle ! | Marqué avec , , , | 3 commentaires

Aïlo une odyssée en Laponie #MercrediJourDesEnfants

Avec la classe du ouistiti, nous avons eu la chance de découvrir en avant-première le film Aïlo une odyssée en Laponie de Guillaume Maidatchevsky.

Synopsis :

Aïlo une odyssée en Laponie raconte le combat pour la survie d’un petit renne sauvage, frêle et vulnérable face aux épreuves qui jalonnent sa première année. Son éveil au monde sauvage est un véritable conte au cœur des paysages grandioses de Laponie.

Ce que nous en avons pensé : Nous avons été enchantés par le film. Les images et le texte nous ont fait voyager et découvrir la merveilleuse vie sauvage en Laponie. La scénarisation est très équilibrée : une histoire nous est racontée (et pas par n’importe qui : Aldebert) sans prendre le pas sur la réalité de la nature. Nous avons eu par ailleurs la chance que le réalisateur soit présent lors de la projection et réponde très patiemment aux questions des enfants, ce qui a rendu l’expérience d’autant plus passionnante. Un gros coup de coeur !

Publié dans #MercrediJourDesEnfants, Le zoo regarde | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire