Deux livres sur la précocité

Dernièrement, j’ai lu deux livres sur la précocité :

Le livre J’aide mon enfant précoce est écrit par deux pédopsychiatres. Son approche est scientifique : il commence par définir la précocité, comment on la détecte puis il aborde les difficultés que peuvent rencontrer les enfants précoces (et j’insiste sur le peuvent parce que, fort heureusement, ils ne les rencontrent pas toutes) : les troubles associés, la sociabilité, l’école, l’hypersensibilité, le stress … Pour chacune de ces difficultés, on retrouve des témoignages d’enfants, des conseils des médecins et si cela s’y prête, des exercices à faire faire à l’enfant.

Ce livre est un peu devenu une bible pour moi. Je ne le lis pas de manière linéaire mais j’y pioche au fur et à mesure conseils et il me rassure à travers les différents témoignages. J’apprécie vraiment les présentations « théoriques » des différentes difficultés, cela me permet de mieux les appréhender et de mieux pouvoir accompagner le moustizèbre.  C’est un guide

Le livre Les tribulations d’un petit zèbre est tiré du blog du même nom : la référence en terme de blog sur la précocité. Ce livre rapporte des tranches de vie d’une famille à haut potentiel intellectuel. Tous les épisodes qu’Alexandra raconte s’appuie, évidemment, sur son vécu avec son fils Elijah mais aussi  sur ses lectures, ses rencontres avec des professionnels et est donc très bien étayé.

Néanmoins, j’avoue ne pas m’y être retrouvée autant que je me retrouve sur son blog. Le livre s’appuie sur une expérience très personnelle et des choix tout autant personnels, qui ne sont ni mon expérience, ni mes choix. Non pas qu’il y ait de bons ou de mauvais choix, mais il y a autant de situations que de familles et d’enfants et l’on fait tous ce qui nous semble le mieux. Si le livre m’a fait sourire à l’évocation de certaines situations vécues, je n’y retrouve pas de guide (je ne suis d’ailleurs pas sûre que ce soit le but du livre mais plutôt ce que je recherchais).

Au final, deux livres qui parlent de la précocité avec deux points de vue très différents.

 

Ce contenu a été publié dans Le moustizèbre, Le quotidien du zoo, Le zoo lit, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *