Et si c’était à cause de moi ?

Voilà plusieurs semaines que je vous parle de mes relations compliquées avec le ouistiti. Ses rapports avec son père ne sont pas simples mais ne sont pas aussi difficiles qu’avec moi. Actuellement, nous sommes en pleine amélioration mais cela fluctue rapidement et je ne crie pas victoire. Je me suis longuement interrogée et je continue d’ailleurs de m’interroger sur les raisons de ces difficultés et de cette opposition constante. J’ai investigué du côté de l’école, je me suis demandée si c’était lié à de la jalousie vis-à-vis de son frère, j’ai cherché si cela faisait partie de la « croissance ». Je n’ai évidemment pas trouvé de réponse.

En revanche depuis quelques jours, j’ai décidé d’être cohérente dans ma séparation vie pro / vie perso. J’utilise à 200% mes heures au travail et lorsque je rentre, je ne regarde pas si j’ai reçu des mails, je ne réfléchis à comment gérer tel dossier, je suis au zoo, je passe du temps avec eux et si par hasard j’ai 3 minutes de libre, je fais une partie de candy crush. Je vous le donne en mille, depuis quelques jours l’ambiance au zoo est meilleure : ce n’est pas digne de la petite maison dans la prairie, mais nous crions tous moins.

Si j’y réfléchis bien, la situation n’était pas idéale avant mais elle s’est bien envenimée depuis que j’ai décidé de prendre plus de responsabilités au travail et que je m’interroge beaucoup sur mes capacités. J’ai réussi à prendre un peu de recul maintenant que je suis nommée et que je suis dans l’action plus que dans l’expectative. Je vais donc mieux. Et de manière concomitante le ouistiti va mieux. Finalement la personne qui allait mal n’est peut-être pas celle que j’accusais. Peut-être que c’était moi.

 

Ce contenu a été publié dans Les états d'âme du zoo, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *