Faire de la musique

Né fin décembre, le moustizèbre est rentré à l’école à 2 ans et demi. Pour cette année de petite section, nous avions décidé qu’il ne ferait pas d’activités extra-scolaires, parce qu’il était encore petit. Alors quand la moyenne section s’est annoncée, nous avons réfléchi à l’activité qui nous paraissait la plus adaptée pour lui (à 3 ans et demi, c’est vraiment nous qui avons choisi pour lui). Notre choix s’est vite arrêté sur l’éveil musical. En effet, le grand Lion et moi avons fait (et le grand Lion continue à faire) de la musique et cette activité nous a beaucoup plu et beaucoup apporté. Mais aussi, dans le cadre de l’éveil musical, il y avait de l’éveil corporel ce qui ne pouvait être que bénéfique au moustizèbre, qui, suite à des complications lors de sa naissance (un jour si j’y arrive je raconterai cet épisode douloureux), avait quelques difficultés motrices.

Il a ainsi commencé en septembre 2011 dans un conservatoire américain, où l’enseignement de la musique est ludique, très pédagogique et bilingue. Et il a tout de suite accroché. Cela s’est tellement bien passé que nous avons aussi inscrit le ouistiti dès ses 3 ans et demi. Et cela continue. À son entrée en CP le moustizèbre a choisi de faire du piano et quant à lui le ouistiti a choisi de faire de la contrebasse (ce qui a impliqué un changement d’école de musique). Les mousticks adorent faire de la musique, ils s’éclatent avec leur instrument, et ce qu’ils préfèrent c’est formé un groupe de jazz avec leur père (à eux trois ils font un blues en ré du tonnerre !). Mais la musique c’est aussi l’école de la patience, du travail et de la persévérance. Chaque jour, sans exception, ils pratiquent leur instrument pendant une trentaine de minutes pour le moustizèbre et un quart d’heure pour le ouistiti. Alors certains jours, ils râlent pour s’y mettre (et bizarrement dès que les trois gammes sont passées, le sourire est revenu), certaines fois, c’est plus difficile pour moi de caler dans l’emploi du temps du soir ce moment où je ne fais que cela. C’est un choix « contraignant » mais c’est un choix que nous avons fait et cette contrainte est vite oublié devant leur épanouissement, leur entrain et leur demande d’en faire plus  : le moustizèbre est partant pour tous les projets qui lui sont proposés et le ouistiti me demande une demie-heure de contrebasse de plus par semaine avec son prof.

La musique est devenue une passion familiale (je suis maintenant capable de jouer quelques morceaux sur la contrebasse) et cette passion est rendue possible par les enseignants des mousticks qui sont bienveillants, qui les encouragent au quotidien, qui les valorisent, qui leur proposent des projets variés et toujours attractifs et qui se donnent sans compter. Un grand merci à eux !

Ce contenu a été publié dans Le quotidien du zoo, Le zoo joue, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à Faire de la musique

Les commentaires sont fermés.