Le début de la vieillesse

Attention, article très futile !

Je me souviens des 40 ans de ma mère : j’avais 14 ans et avec ses copines, on lui avait préparé un anniversaire surprise. Je me souviens très bien de cette assemblée souhaitant un très bon anniversaire à ma mère, une assemblée de « vieux » !peau-seche-ridee-pomme

Le temps est passé et c’est moi qui fêterai mes 40 ans cette année. Je l’avoue bien volontiers : je le supporte assez mal.  Je n’arrive pas à faire abstraction de ce côté vieux ressenti quand j’en avais 14. C’est sûrement lié aussi au fait que la trentaine m’a gâtée : je me suis mariée, j’ai eu deux merveilleux enfants, on a acheté les deux maisons de mes rêves. Alors que lorsque je regarde du côté de la quarantaine, je vois (attention clichés) : ménopause, cheveux blancs, rides … Bien sûr, si je rationalise, je sais parfaitement que changer mon chiffre des dizaines ne change rien justement, que je ne vais pas me décrépir telle une héroïne de science fiction, que ma vie sera toujours aussi jolie … Mais, comme souvent, mes émotions, mon ressenti prennent le dessus et me voilà avec cette sensation désagréable irrationnelle …

Enfin il reste 10 mois pour m’y faire. Mais, très honnêtement, ce jour-là je pense que je serai d’une humeur de chien.

Ce contenu a été publié dans Les états d'âme du zoo, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *