Lire pendant les vacances #3 : Lignes de faille

Pendant l’année j’accumule beaucoup de livres « à lire ». Ma pile grandit bien plus vite qu’elle ne rétrécit pour tout un tas de raisons valables ou pas : j’ai moins le temps de lire, je favorise les lectures sur la Kindle pour lire dans les transports, je lis des choses « plus simples » qui me permettent de suivre en lecture de 20 minutes…

Moralité : pour partir en vacances, j’avais une bonne quinzaine de livres papier dans ma valise. La question alors est : Par lequel je commence ? Choix très important : il me faut un bon bouquin pour débuter, un de ceux qu’on ne peut pas lâcher pour donner le la au séjour, mais pas un polar, style que j’aime beaucoup mais trop « facile » de rentre dedans, il me faut un livre où je fais des efforts parce que son écriture me surprend, parce que sa ligne n’est pas droite, parce qu’il m’interroge et me fascine.

Cette année, j’ai débuté mes vacances avec Ligne de faille de Nancy Hudson.


Résumé :

Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n’est le sang. Pourtant, de l’arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente.

Porté par la parole d’enfants victimes d’événements qui les dépassent et de choix qui leur échappent – qui les marqueront pourtant toute leur vie –, ce roman se construit à rebours, de fils en père et de fille en mère, comme on suit en remontant le fil de sa mémoire. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l’époque où l’on vit, l’homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C’est contre elle pourtant que s’élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

Ce que j’en ai pensé : Quel merveilleux premier livre des vacances ! Il a toutes les qualités requises : passionnant, fabuleusement bien écrit, dérangeant, surprenant. L’histoire de cette famille, de cette filiation est très riche et est présentée à travers le regard d’enfants, regard très « naïf » mais sans fard, brut, sans interprétation. Les histoires se mélangent tout en étant très distinctes, mais toujours avec un fil conducteur : le secret, le non-dit, le poids des générations précédentes. Une perle !

Ce contenu a été publié dans Le zoo lit, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Lire pendant les vacances #3 : Lignes de faille

  1. Féli dit :

    je le note, merci du conseil!

  2. Ping : Lire pendant les vacances #6 : Toutes les vagues de l’océan | Le zoo, la savane et les Mousticks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *